Agroécologie : nourrir les sols pour nourrir les hommes

Se lancer en agroécologie est un travail de longue haleine qui doit se réfléchir sur le long terme. Le choix est fait de nourrir naturellement les sols et non pas les plantes elles- mêmes afin que ces dernières puisent dans le vivant ce dont elles ont besoin pour s’épanouir et offrir une nourriture saine, adaptée et de saison, à l’Homme. Prônant une non utilisation de pesticides chimiques ou d’engrais minéraux et encourageant une rotation de cultures réfléchie et longue, en laissant la nature faire son travail, l’agroécologie entend traiter les sols comme l’on prendrait soin de notre corps et plus largement de notre santé.

Exploration d’une méthode agricole qui fait des émules au cœur de nos territoires ruraux.

Nourrir une population mondiale en croissance

Parce que de la fertilité des sols dépend notre capacité à nous inscrire dans un processus de souveraineté alimentaire, l’agro écologie réfléchit l’agriculture sur le long terme en mesurant parfaitement les enjeux et le rôle que cette dernière va jouer dans notre alimentation dans les décennies à venir. En encourageant une approche basée sur les sols vivants et une transformation en profondeur du modèle agricole existant, cette nouvelle manière de penser l’agriculture s’impose aujourd’hui comme le modèle à suivre pour qui envisage une culture des sols pérenne et respectueuse de l’environnement. En respectant les sols mais aussi et surtout leur écosystème, l’agro écologie entend observer la nature pour s’y adapter. Gestion et maitrise de l’eau, élevage destiné à respecter le cycle du vivant, ou encore paillage permettent à cette agriculture de mettre en pratique des savoir-faire paysans améliorés grâce aux connaissances scientifiques.

Une agriculture éthique

En augmentant les performances agronomiques des fermes mais également en contribuant activement à la fertilisation des sols, l’agroécologie offre une alternative des plus intéressantes notamment car en enrichissant la terre de manière naturelle, elle rend les sols cultivables sur le long terme et participe ainsi à la réduction des coûts tout en ouvrant une fenêtre sur un mode de vie résilient et plus autonome, tourné vers les besoins de demain. En participant à préserver le carbone dans les sols, cette agriculture assure la gestion des matières organiques, élément majeur de la capacité des sols à produire à la fois des aliments et des matériaux et à réguler le cycle de l’eau et la qualité de l’air. En respectant le cycle du vivant et en participant activement à la préservation comme à la fertilisation des sols, l’agroécologie participe indéniablement à l’atténuation du changement climatique.

Vous avez des questions ? Vous cultivez l’envie de découvrir un lieu qui expérimente cette méthode ? Et si vous participiez à l’une de nos visites ?